Mentir sur son CV : les risques et les moyens de démasquer les fraudeurs

On pourrait croire que falsifier son curriculum vitae avant l’embauche n’est pas si grave. Qui ne tente rien n’a rien, finalement. Cependant, il ne faut pas perdre de vue que les conséquences se répercutent sur le long terme, que vous soyez démasqué ou non.


Les risques avant l’embauche

D’une part, vous vous faites très mal voir de tout l’entourage professionnel dans lequel vous avez évolué, mais également dans celui où vous auriez pu vous épanouir. Les nouvelles entre chefs d’entreprise se savent très vite, et vous pouvez donc être décrédibilisé de tout un secteur où vous envisagiez faire votre carrière et il ne sera pas aisé de rebondir. Vous pouvez toujours vous redirigez dans un secteur qui n’a rien avoir avec le vôtre, mais il faudra, bien entendu, démontrer vos aptitudes à l’emploi ; soit par un autre diplôme soit par une formation, si l’employeur vous fait confiance. Malheureusement, à partir d’un certain âge, il s’avère être compliqué d’obtenir un diplôme : ce n’est pas le manque de volonté ou l’âge en lui-même, mais plutôt une certaine perte de temps.

Par ailleurs, si vous fraudez en ce qui concerne votre cursus antérieur, vous serez automatiquement fiché c’est-à-dire que vous figurerez sur une liste correspondant aux personnes ne devant pas être embauchées ou tout du moins auxquelles il faut se méfier. Ceci mettra en péril votre réputation au sein de votre entourage professionnel.

D’autant plus que d’après la loi du 31 décembre 1992, l’employeur se doit de vérifier, à l’obtention du CV, les affirmations y figurant. Il est tout à fait dans son droit et ne doit pas hésiter à le faire. En général, sauf cas exceptionnel par exemple pour les professions libérales (telles que médecins, avocats…), l’employé à de fortes chances de l’emporter sur le recruteur : les lois de justice sont en effet fondé sur les compétences et non sur le mensonge, lorsque la faute est d’ampleur limitée.

Les risques après l’embauche

Une fois le candidat fraudeur embauché, c’est aux risques et périls de l’employeur, car ce dernier aurait dû, lors de l’entretien d’embauche, poser davantage de questions ou demander des documents complémentaires nécessaires. En outre, il lui sera désormais difficile de rompre le contrat de travail, surtout si le salarié est compétent. Mais son image en sera grandement entachée.

Si le fraudeur est démasqué après l’embauche, il y a deux cas de figure qui se présentent alors. La première étant que si le postulant a démontré au fils du temps qu’il est apte à fournir un travail correct et qui convient à l’entreprise, alors il ne sera pas poursuivit par la justice et pourra ainsi garder le poste. Mais votre évolution au sein de l’entreprise risque d’être limitée, car vous serez fichés.

En revanche, si l’incompétence de l’individu est prouvée, il encourra des poursuites pénales. Par conséquent, l’employeur sera autorisé à effectuer un licenciement pour faute grave et lourde. La jurisprudence définit la faute grave comme étant un acte inexcusable, interrompant donc la continuité du travail. La faute lourde se caractérise plutôt par le fait intentionnel de vouloir nuire à l’employeur lui-même.

Les lois se fondent donc sur la capacité du candidat à exercer le poste auquel il a postulé.

Naturellement, si la falsification sur son CV est trop importante, alors dans ce cas-là, l’employeur se voit dans l’obligation de licencier la personne et la justice lui donnera raison.

D’autre part, l’employeur peut avoir la possibilité d’annuler le contrat de travail, ce qui est finalement très pratique et avantageux pour lui. Effectivement, il ne payera aucune indemnité de licenciement.

Les professions libérales, déjà évoquées dans le paragraphe précédent, sont encore plus contrôlées que les autres. Des poursuites pénales sont plus couramment entreprises pour ces métiers et la demande de document, comme le diplôme de médecine par exemple, est faite lors de chaque entretien.

Les triches classiques et les moyens utilisés par les recruteurs pour les démasquer

Parmi les triches classiques s’opèrent le plus souvent sur les aptitudes linguistiques. L’employeur a le choix de demander le diplôme prouvant le niveau du candidat ou s’il est lui-même compétent, il peut souhaiter poursuivre l’entretien dans la langue étrangère voulue.

Autre triche classique, la maîtrise de logiciels ou compétences spécifiques liés à un métier. L'employeur peut facilement débusqué le mensonge en effectuant un test lors de l'entretien d'embauche u une mise en situation.

Plus grave, mentir sur un diplôme non obtenu ou une fausse expérience peu rapidement être démasqué. Concernant le diplôme, l'employeur peut vous demander une copie de votre diplôme pour le jour de l'entretien et par la suite appeler votre organisme de formation pour avoir confirmation. Concernant une fausse expérience, il lui suffira d'appeler vos anciens employeurs.

Qui plus est, certains candidats sont complexés par leur âge et ne veulent pas le dévoiler dans leur CV, et cela pose également problème lors de l’entretien. Surtout, il est essentiel de révéler son âge et de ne pas s’en cacher, car de toute évidence, il est très facile pour l’employeur grâce au permis de conduire, à la date d’obtention de diplôme ou tout simplement grâce à une carte d’identité de connaître votre âge.

D’autre part, beaucoup de candidats ne veulent pas avouer leur précédent désaccord avec leur collègue ou patron antérieur. Mieux vaut être franc, car si le recruteur vous demande de donner avec les personnes avec lesquelles vous avez travaillé, faites-le bien sûr. D’ailleurs, c’est grâce à cette méthode (poser des questions assez inhabituelles et inquisitrices) que le recruteur va déceler si vous mentez ou non. Votre attitude sera étudiée.

Enfin, n'oubliez pas que de nos jours, il est facile de repérer des fraudeurs de CV par l’intermédiaire d’Internet, des logiciels de recrutement ou encore les réseaux sociaux (Facebook, Linkedin,…). Il existe également des sociétés spécialisées dans le traitement et la recherche de fausse candidature.

A lire également