La question du salaire pendant l'entretien d'embauche

La question du salaire est très rarement posée lors du tout premier entretien. Celui-ci servira plutôt au recruteur à sélectionner les profils favorables et d'écarter ceux qui lui paraissent un peu trop justes. C'est lors des rencontres ultérieures que la discussion est souvent mise sur la table. D'une manière générale, le recruteur abordera le sujet de lui-même, souvent en fin d'entretien. Si ce n'est pas le cas, mais que vous avez un réel intérêt pour l'entreprise et le poste proposé, n'hésitez pas à lancer le sujet vous-même. C'est un tabou pour bon nombre de candidats, mais les recruteurs ne s'offusquent pas de la question et sont plutôt enclins à en parler. La négociation salariale fait partie du jeu du recrutement. L'évoquer fera de vous un candidat déterminé et pragmatique.


La question salariale peut être assez délicate lorsque vous n'avez pas idée des chiffres. Alors qu'une majorité d'annonces de nos jours, surtout pour les postes d’encadrements, laissent supposer qu'une négociation du salaire est possible entre le candidat et l'employeur. Les candidats sont souvent mal préparés à ce genre de question et ne savent pas quoi répondre. Ils sont alors tentés de réduire leurs exigences pour avoir plus de chance d'acquérir le poste convoité. Mais cela dessert largement le candidat. Vous devez vous poser les bonnes questions afin de ne pas être déstabilisé par la discussion en cours avec le recruteur. Quels sont par exemple les prérequis qui vous permettront d'aborder la question du salaire ? Et comment mener une négociation fructueuse ? Grâce à une idée claire de votre valeur sur le marché de l'emploi, vous pourrez parler de votre salaire d'une manière assurée.

Avant l'entretien, vous devrez vous renseigner d'une manière très précise sur le poste convoité, afin de définir une fourchette de salaire correspondante à la réalité du marché. Elle pourra être définie en prenant en compte trois critères majeurs : les salaires actuels pour un emploi donné, les salaires proposés par l'entreprise et votre valeur intrinsèque (vos formations, expériences et réseaux par exemple).

La rémunération moyenne pour un poste donné et une offre d'emploi sont faciles à connaître. Ce qui est plus dur est de savoir les pratiques spécifiques des entreprises. Il est donc préférable d'effectuer des recherches avant l'entretien. L'entreprise a-t-elle une santé financière acceptable ? Est-ce que sa croissance est prometteuse ? Quels sont ses salaires minimums et moyens pratiqués ? Au mieux, il faudrait pouvoir contacter un employé actuel et lui demander un chiffre précis des salaires pratiqués. Vous aurez ainsi une idée du chiffre que vous pourrez avancer lors de l'entretien.

Ce qui sera le plus compliqué à juger sera votre propre valeur salariale aux yeux de l'entreprise. Cela dépend principalement de vos diplômes obtenus, de la rareté de vos compétences acquises, et de vos rémunérations et expériences passées. Si vous savez que tout ces points chez vous sont supérieurs à la moyenne, vous pourrez alors prétendre à une rémunération plutôt supérieure à celle généralement pratiquée dans le secteur. À l'inverse, si vous êtes plutôt inférieur à la moyenne, vous ne pourrez peut-être pas trop négocier votre salaire à la hausse.

Répondre à la demande du recruteur quant à vos espérances salariales de manière fiable vous permet d'établir une relation de confiance. Vous devez par exemple être franc avec votre ancienne rémunération à votre précédent emploi. Soyez donc aussi direct avec vos nouvelles prétentions salariales. Annoncez la fourchette que vous aurez préalablement définie comme suggérée auparavant. C'est alors là que vous pourrez mettre en avant vos arguments. Étalez vos compétences spécifiques et parlez de vos futures responsabilités. En aucun cas, il ne faut gonfler vos prétentions si vous avez le sentiment que l'entretien se déroule parfaitement. Cela pourrait être pris pour un signe d'arrogance et pourrait réduire vos efforts à néant. Il est également inutile de sous-estimer votre valeur sur le marché, cela pourrait être pris pour un manque flagrant d'ambition. Soyez sûr de votre valeur réelle et affirmez-la fermement, mais de matière assurée et courtoise.

Il ne faut donc pas oublier de bien évaluer le salaire proposé. Ce n'est souvent pas qu'un simple chiffre. Si le salaire brut proposé entre parfaitement dans la fourchette que vous avez définie, c'est parfait. Cela démontre que vous êtes en adéquation avec votre future entreprise. Mais si ce n'est pas le cas, il faut toujours considérer d'autres éléments avant de décliner la proposition qui vous sera faite. Étudiez par exemple les possibilités de parts variables qui vous permettront de gonfler de manière substantielle votre rémunération. Ne négligez pas non plus les avantages proposés par l'entreprise, comme une voiture de fonction, une mutuelle intéressante, un intéressement, un 13e mois, ou des tickets restaurants. Vous vous devez de tout décortiquer, même si le salaire fixe que l'on vous propose vous paraît inférieur à vos prétentions. Gardez une vision globale du salaire, cela vous aidera à décider si la proposition faite vous est avantageuse ou non.

A lire également